Eglise Saint-Ignace       

église des jésuites à Paris                

 


 Pour prier avec l'évangile de saint Matthieu 25, 31-46                                       7

Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 25, 31-46

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siègera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres : il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : « Venez les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi ! »
Alors les justes lui répondront : « Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ? »
Et le Roi leur répondra : « Amen, je vous le dis, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. »
Alors il dira à ceux qui seront à gauche : « Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges. Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité. »
Alors ils répondront, eux aussi : « Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu avoir faim et soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ? »
Il leur répondra : « Amen, je vous le dis, chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces petits, à moi non plus vous ne l’avez pas fait. » Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

Faim, soif, étranger, nu, malade, prison
Il y a des personnes qui vivent de telles situations aujourd’hui. Souvent nous ne nous croisons pas car nous sommes dans un monde hermétique. Parfois nous nous croisons. Que vivent-ils ? en ai-je une idée ? Il y a un plan « matériel » comme le manque d’argent pour payer ses études… il y a aussi un plan symbolique comme la soif d’amitié ou un plan spirituel comme être enfermé dans une vie désordonnée et loin de Dieu. Réfléchir devant Dieu.

Donner à manger / ne pas donner à manger
La réaction de celui qui rencontre un pauvre. La considérer. Mère Thérésa, le Père Ceyrac, le samaritain, le prêtre et le lévite, celui ou celle qui passe son chemin en tournant la tête… L’autre homme dans le besoin arrive à l’improviste, quand on s’y attend le moins, quand on a autre chose à faire. Pour moi, pour ma famille, pour mon réseau d’amis, pour ma commune, pour mon pays. Considérer ce choix. M’émerveiller de ceux et celles qui s’arrêtent pour donner à manger, à boire, pour vêtir, visiter…. Dans de grandes ou de petites choses.

« C’est à moi que vous l’avez fait »
« Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ». Mystère de l’identification du Seigneur à celui qui est pauvre et sans pouvoir s’en tirer tout seul. Qu’est-ce que cette parole nous de Dieu par rapport à l’humanité-« toutes les nations » ? Considérer l’étonnement des uns et des autres : « quand sommes-nous venus jusqu’à toi ? quand est-ce que nous t’avons vu ?